Saisons passées

LES HAUT-PARLEURS-SEBASTIEN DAVID (Théâtre Bluff)
Genre: 
Théâtre Adolescents
Théâtre Bluff
Durée: 
70 minutes

 

 

Texte et mise en scène :
Sébastien David
Distribution : Marie-Hélène Bélanger, Guillaume Gauthier, Richard Thériault
Décor : Simon Guilbault
Son : Olivier Girouard
Éclairages : Martin Sirois
Costumes : Pierre-Luc Boudreau
Mouvement : Sarah Dall’Ava
Assistance à la mise en scène et régie : Catherine Comeau
Direction de production
et technique :
Nicolas Fortin
Équipe de tournée : Michel St-Amand, Alexis Rioux

Résumé
  • DE L'IMPORTANCE DE L'AMITIE....

Les Haut-Parleurs raconte l’arrivée du Fils, seize ans, dans une nouvelle ville au début d’un été qui s’annonce chaud et ennuyant. Alors que tout le monde a quitté pour les vacances, le Fils se lie d’amitié avec le Voisin, un sexagénaire esseulé, qui lui fera découvrir le monde infini de la musique. Puis, le Fils rencontre Greta, une ado de son âge au caractère explosif, avec qui il trompera l’ennui. Mais comme dans toutes les petites villes, il existe un ordre établi. Quand les cloches de la cathédrale arrêtent de sonner, on peut entendre toutes sortes de rumeurs qui circulent, des rumeurs qui forceront le Fils à se redéfinir. Une vibrante fable qui donne à entendre l’écho de tout ce qui est fragile et qui met en lumière les traces que peut laisser l’autre sur notre vie.

Presse

Soulignons le jeu des comédiens, toujours dans le mille. Gauthier fait preuve d’une grande
justesse, alors que Marie-Hélène Bélanger (Greta) donne beaucoup de singularité et de
couleur à son personnage d’adolescente en mal d’amour. Un plaisir, également, de retrouver
Richard Thériault, un acteur sous-évalué qu’on tient en haute estime depuis son marquant
rôle du notaire dans Incendies, de Wajdi Mouawad. La mise en scène, sobre et fluide, leur
laisse tout l’espace dont ils ont besoin pour camper ce doux récit initiatique.
Philippe Couture, Voir.ca

Ce qu’il nous propose ici est une magnifique réflexion sur la passation de la connaissance et
du savoir, sur l’amitié intergénérationnelle, sur le bonheur et parfois la nécessité pour un
adolescent de connaître un mentor qui saura le guider et lui faire comprendre un peu la vie.
Marie-Claire Girard, Huffington Post

Sorte de récit d’apprentissage, Les Haut-Parleurs porte un regard plutôt tendre sur trois
personnages dissemblables, mais qui ont en commun la solitude. Et une blessure. La
production du Théâtre Bluff— solide compagnie qui, à 25 ans, est plus vieille queson public
cible— peut aussi être appréciée par les adultes.
Marie Labrecque, Le Devoir

Les Haut-Parleursillustre bien comment les trois personnages tentent de trouver leur place
dans la société, montrant que les questionnements identitaires ne sont pas propres à
l’adolescence, mais à l’humain en général. Les Haut-Parleurstémoigne encore une fois de la
sensibilité et de la lucidité des textes de Sébastien David. Avec ce spectacle, le Théâtre Bluff
amorce brillamment sa résidence de trois ans au Théâtre Denise-Pelletier.
Sara Thibault, Mon (theatre).qc.ca

La mise en scène signée Sébastien David est habile et efficace. Évoluant dans un décor
minimaliste, le comédien chevronné Richard Thériault (Voisin) ainsi que les deux jeunes
acteurs Guillaume Gauthier (Guillaume) et notamment Marie-Hélène Bélanger (Greta) qui a
beaucoup de talent, jouent avec justesse et viennent nous toucher. L’avenir de Sébastien
David est très prometteur!
Micheline Rouette, Alternative Rock Press

La fragmentation du discours et le jeu des acteurs, souvent minimaliste, donne une grande
force à l’ensemble. La narration est claire. Les personnages sont émouvants. La lumière du
soleil aveuglante contraste avec l’obscurité des sentiments.
Sophie Jama, Infoculturebiz

Sébastien David a prouvé sa belle maîtrise de l’écriture théâtrale. L’auteur de 32 ans a un
univers bien à lui, dans lequel il explore la solitude et la misère urbaines. Sans aucun
misérabilisme.
Luc Boulanger, La Presse

C’est une voix singulière et attachante que celle de Sébastien David. Dans cette pièce d’une
heure, aux courtes scènes, l’auteur deMorb(y)desnous fait vivre l’été d’un adolescent, dit le
Fils, seul en ville avec son père. La phrase finale − on vous laissera le soin de la découvrir−,
un peu grandiloquente, peut-être, mais très significative, laisse espérer que, oui, la
transmission est possible entre les générations.
Marie-Christine Hellot, Revue Jeu

« Cette pièce, c’est aussi un regard sur trois solitudes », fait remarquer le comédien qui
ajoute qu’il s’agit également d’une quête identitaire. « Le jeune adolescent porte en lui ses
blessures. » C’est aussi quelqu’un qui vit une relation difficile avec son père. Ainsi, on peut
penser qu’à travers cette amitié, l’adolescent est à la recherche d’un père et d’un modèle.
Louise Bourbonnais, Le Journal de Montréal

 

.

Photos
Les Haut-Parleurs
Les Haut-Parleurs
Les Haut-Parleurs
Les Haut-Parleurs
Les Haut-Parleurs
Calendrier
  • MONTREAL- FOCUS QUEBEC

Une vitrine du spectacle Les Haut-Parleurs sera présentée dans le cadre de Focus Québec
le 18 novembre 2016 à 15 h à la Maison Théâtre.

  • FRANCE

6 janvier au 18 février 2018