Diffusion en cours

LIBRE ARBITRE-LEA GIRARDET-JULIE BERTIN (Compagnie Le Grand Chelem)
Genre: 
Théâtre
Production compagnie Le Grand Chelem

Léa Girardet et distribution en cours

Résumé
Libre    arbitre    est    la    deuxième    création    du    GRAND    CHELEM.    Ce    nouveau    projet    abordera    la    représentation    du    corps    de    la    femme    et    de    son    contrôle    dans    le    milieu    sportif    à    travers    le    procès    de    Caster    Semenya,    une    athlète    sud-africaine    dont    l’identité    sexuelle    fut    remise    en    question    par    le    Comité    International    Olympique.        LES    ORIGINES    DU    PROJET     Que    signifie    «    être    une    vraie    femme    »    en    2020    ?    Cette    question,    présente    en    creux    dans    Le    syndrome    du    banc    de    touche,    est    devenue    l’axe    principal    de    cette    deuxième    création.    Pourquoi    avons-nous    encore    besoin    de    nous    poser    cette    question    ?    Pourquoi    le    choix    d’une    certaine    forme    de    féminité    semble    prévaloir    sur    une    autre    ?    Quelles    sont    les    lignes    à    respecter    pour    combler    les    attentes    de    la    société,    et    surtout    par    qui    celles-ci    sont-elles    imposées    ?         On    m’a    souvent    reproché    de    ne    pas    être    «    assez    féminine    ».    Qu’il    serait    préférable    que    «    j’adoucisse    ma    voix»    et    que    je    sois    plus    «    discrète    »    si    je    voulais    réussir    en    tant    qu’actrice    et    m’épanouir    en    tant    que    femme.    Je    n’ai    jamais    compris    ce    que    signifiait    le    mot    «    féminité    »    et    ma    première    réponse    à    cela    fut    d’écrire    un    spectacle    où    j’étais    en    jogging    de    la    tête    aux    pieds.    Au    fil    des    représentations,    je    me    suis    rendue    compte    à    quel    point    cette    problématique    de    la    féminité    faisait    échos    à    de    nombreuses    personnes,    notamment    auprès    des    adolescentes.        Pourquoi    est-ce    si    surprenant    qu’une    femme    s’empare    d’un    sujet    comme    le    football    ?    Pourquoi    m’a-t-on    conseillé    d’insérer    «    une    scène    où    je    serais    en    robe    »    dans    Le    syndrome    du    banc    de    touche    ?        La    découverte    de    l’histoire    de    Caster    Semenya    est    venue    faire    directement    écho    à        toutes    ces    questions    qui    me    taraudaient    depuis    longtemps.    Je    me    suis    rendue    compte    que    la    construction    du    genre    était    devenue,    au    fil    des    siècles,    le    dernier    rempart    à    la    liberté    du    sexe    féminin.    Le    procès    de    cette    athlète    sud-africaine    me    permet    d’aborder    ce    sujet    sous    un    angle    qui    m’est    cher    :    celui    du    sport.     Toutes    deux    nées    à    la    fin    des    années    80,    Julie    et    moi    avons    longtemps    été    persuadées    d’appartenir    à    une    génération    de    femmes    libres    et    indépendantes.    Plus    jeunes,    nous    pensions    que    les    femmes    pouvaient    asseoir    leur    performance    physique    et    mentale    sans    que    les    hommes    se    sentent    menacés.    Plus    naïvement    encore,    nous    espérions    que    la    représentation    de    la    féminité    avait    évolué    et    qu’elle    s’était    éloignée    des    codes    sociaux    «    jupe,    talons,    maquillage».    C’est    en    plongeant    dans    l’histoire    de    Caster    Semenya    et    dans    celle    du    sport    féminin    que    la    thématique    de    ce    deuxième    projet    s’est    alors    imposée:    le    libre    arbitre    des    femmes    vis-à-vis    de    leur    corps    et    de    leur    féminité.         Léa  Girardet                                    
Photos
Calendrier